Florence. Adieu à la restauration des bâtiments historiques

Stampa l'articolo

La rivista svizzera “La Méduse, bussole pour un monde à la dérive” ha tradotto e pubblicato la nostra lettera di sensibilizzazione sulla scellerata Variante per la degenerazione urbana, che elimina l’obbligatorietà del restauro dai monumenti architettonici per darli in pasto alla speculazione immobiliare. Vi invitiamo a diffondere questo testo presso i vostri amici francofoni. 

Ringraziamo la redazione della rivista elvetica!

Florence au secours!, titrions-nous en 2015 suite à un reportage de Christian Campiche, publié dans le mook sept.info. En novembre 2017, la Méduse constatait que le saccage de la ville classée au patrimoine de l’humanité se poursuivait (lire ici). Hélas, la situation s’est encore tendue en raison d’un projet de loi porté à la discussion le 5 avril dernier et susceptible d’entrer en vigueur d’ici au mois de juin 2018. La spéculation immobilière menace désormais 43% des constructions classées de Florence. Un collectif d’habitants et d’architectes a rédigé l’appel que nous publions ci-dessous dans une adaptation en français de la Méduse.

«La commune de Florence supprime la contrainte de la restauration des bâtiments historiques. Du fait d’une modification du plan d’urbanisme, la protection des monuments de Florence sera dramatiquement affaiblie. Sur tous les bâtiments classés, il sera possible de procéder à la «rénovation du bâtiment», permettant également la démolition et la reconstruction dans des formes différentes de celles d’origine.

Cette politique ouvre la voie à de nouvelles spéculations sur les édifices classés du centre-ville et des collines. Elle ouvre la voie à la vente malheureuse de bâtiments historiques en mains publiques. Elle légitime de plus de vieilles affaires de spéculation, jusqu’ici bloquées par le système judiciaire.

L’effet futur de cette norme est déjà prévisible. Florence rejoint la situation des villes bombardées reconstruites, où le tissu urbain et les monuments apparaissent falsifiés. La profondeur des relations historiques se perd, tandis que s’appauvrit le réflexe  citoyen. La ville est finalement soustraite aux populations résidentes et à la vie publique.

Le temps presse. Le projet de loi sera discuté ces prochaines semaines, il pourrait être lancé en mai. La junte dirigée par le maire Dario Nardella, lieutenant de Matteo Renzi, est au bout de son mandat. Elle exécute le dernier acte de soumission au grand capital immobilier, soit rien moins que la cession à la spéculation du patrimoine historique et architectural.

Nous demandons à chacune et à chacun de se mobiliser de la manière la plus appropriée pour prévenir cette catastrophe. En diffusant cette nouvelle sur les réseaux et dans les journaux, sans oublier d’envoyer au maire Nardella (sindaco@comune.fi.it) la requête de renoncer à la modification de la loi».

 

Stampa l'articolo
The following two tabs change content below.

Lascia un commento

Il tuo indirizzo email non sarà pubblicato. I campi obbligatori sono contrassegnati *

Captcha *